Critique : Mario Strikers : Battle League

Critique : Mario Strikers : Battle League

Mario Strikers est de retour et pas sous une forme symbolique.

Lorsqu’il a été annoncé Mario Strikers : Battle League L’année dernière, j’étais très enthousiaste car je me souvenais très bien du jeu sur Game Cube. Je n’ai jamais eu l’occasion de voir ou de jouer à la version Wii, c’est pourquoi j’étais encore plus excité ; je n’avais pas joué à un tel titre depuis 2005.

Après 15 ans depuis la dernière sortie de Mario StrikersNext Level Games est de retour pour nous proposer un nouveau jeu de football en pleine année de la Coupe du monde. Avec un look plus brutal, plus urbain, Mario et ses coéquipiers sont de retour pour nous offrir des matchs de folie. Cela valait-il la peine d’attendre ?

Que le jeu commence !

Si vous êtes nouveau dans la saga de Mario StrikersVous devez savoir que le football n’est que la base du jeu. Il n’y a pas de hors-jeu, de coups de pied de coin, de fautes ou le fameux et inutile VAR. Il n’y a pas de règles ici, la seule chose dont vous devez vous soucier est de marquer un but et de battre votre adversaire pour l’empêcher de marquer.

Il n’y a pas non plus de mode histoire, nous allons donc passer directement à la jouabilité. Comment se déroule le jeu ? Eh bien, malheureusement, -pour moi-, le jeu est maintenant un peu plus technique. Bien qu’il s’agisse d’un jeu de style arcade, il y a maintenant des mouvements que vous devez faire avec précision. Mais nous y reviendrons plus tard.

Les jeux

Chaque match met en scène 5 joueurs, dont le gardien de but, qui est un personnage par défaut pour tous. Contrairement aux autres versions, vous n’avez plus de capitaine suivi de ses sous-fifres. Non, vous pouvez maintenant sélectionner le capitaine de l’équipe, ainsi que trois autres personnages parmi les 10 disponibles.

Les matchs sont rythmés et exigent de grands réflexes, surtout lorsque vous devez déjouer l’ennemi. Tout comme la parade, vous devez appuyer sur le bouton d’esquive au bon moment pour feinter l’adversaire. Maintenant, vous pouvez tirer et faire des passes de manière « normale », mais aussi ; si vous recevez un ballon, que vous tiriez au but ou fassiez une passe, si vous appuyez sur le bouton au moment exact où vous le recevez, vous recevrez un coup de pouce supplémentaire. Tirer au but vous aidera à tirer avec plus de puissance. Les passes vous donneront un sprint plus rapide.

Comme dans les précédents volets, les matchs comportent des attaques spéciales via des boîtes d’objets. Il y a des classiques comme le coquillage rouge qui poursuit l’adversaire, le coquillage vert, la banane, la bombe, entre autres.

Les tirs spéciaux sont de retour ! Contrairement à aujourd’hui, pour les exécuter, vous devez saisir un orbe qui tombe aléatoirement sur le terrain. Une fois que vous l’avez saisi, vous disposez d’un temps prédéfini pour pouvoir prendre la photo. Hyperchutazo. Si vous réussissez, une cinématique sous la forme d’une animation en cel shading dans le style graffiti urbain apparaîtra pour rendre votre tir spécial. Chaque personnage a une animation et un style de tir différents.

Lire aussi:  SNK vs. Capcom reviendra-t-il ? Les deux parties sont intéressées par un renouveau

Modalités

Trois modalités sont disponibles, Match gratuit, Mode Coupe y Club Strikers. Dans le premier mode, vous pourrez disputer des matchs en mode local avec la possibilité d’accueillir jusqu’à huit joueurs sur la même console. De plus, si deux joueurs possèdent le même jeu, ils peuvent jouer l’un contre l’autre en mode local sans fil. Enfin, il y a l’option en ligne ; ici, vous pouvez jouer en match 1 contre 1 ou avec un ami en 2 contre 2, ainsi qu’un match contre deux autres amis.

En mode Coupe, vous devrez remporter un tournoi afin de gagner le trophée tant convoité. Vous pouvez le faire en mode solo ou avec trois autres joueurs. Il y a un total de cinq coupes plus une coupe à débloquer. Le niveau de difficulté augmente progressivement avec chaque tasse et vous pourriez finir en quelques heures.

Un mode avec beaucoup de potentiel

Enfin, il y a Club Strikers, un mode qui semble être axé sur les Esports. Vous pouvez y créer votre propre club ou en rejoindre un ; la limite est fixée à 20 joueurs. Le nôtre est GamerStyleMX (3L9YHT). Lorsque vous créez votre club, vous pouvez sélectionner son uniforme et son écusson, il existe plusieurs options et combinaisons de couleurs. Malheureusement, vous ne pouvez pas utiliser une image par défaut ou en créer une dans un éditeur.

Vous pouvez également sélectionner un stade, vous avez le choix entre cinq stades. Chacune d’entre elles propose jusqu’à 4 thèmes différents, mais ceux-ci doivent être débloqués à l’aide de jetons. Ils sont gagnés à chaque match en ligne de la saison. Une fois que vous avez des milliers de jetons, vous pouvez modifier votre stade, ses barrières, ses buts et son terrain. À la fin, vous choisissez la région à laquelle vous appartenez, la politique du club et les conditions d’entrée.

Une fois que vous avez créé votre club, vous pouvez modifier votre attaquant avec certains accessoires qui peuvent augmenter les paramètres de votre joueur tels que la force, la vitesse, le tir, la passe et la technique. Vous devez choisir vos accessoires avec soin car ils peuvent augmenter ou diminuer votre niveau dans certains paramètres.

Pour terminer avec ce mode, chaque saison a une période ; pendant cette période, vous pouvez jouer des matchs en ligne qui vous permettront de gagner des pièces et des jetons. Les pièces peuvent être utilisées pour acheter des accessoires pour vos joueurs et les jetons pour acheter des décorations pour votre stade.

Lire aussi:  Saison A Lettre à l'avenir reportée au 1er trimestre 2023

Aspects techniques

Graphiquement, le jeu est spectaculaire. Les modèles de personnages sont très détaillés. Le design des stades, les animations sont un vrai régal. Il est évident que c’est dans les illustrations que le jeu excelle le plus, Next Level Games s’étant une fois de plus surpassé.

Sur le plan technique, le jeu a une résolution de 1080p lorsqu’il est en dock et de 720p en mode portable. Dans les deux cas, le jeu tourne à 60 FPS et dans les animations, qu’il s’agisse des Hyper Strikes ou des célébrations, les deux tournent à 30 FPS de façon irrégulière.

En ce qui concerne la musique, elle est en fait tout à fait conforme au jeu. Ils comprennent d’étonnants remasters de thèmes classiques des jeux Mario. En ce qui concerne les sons d’ambiance, ils sont corrects mais ils auraient pu être meilleurs. Vous pouvez rarement distinguer les cris de la foule et maintenant ils ne scandent plus le cri du capitaine de l’équipe gagnante.

Conclusion

Je dois dire que Mario Strikers : Battle League a perdu un peu de son identité, de son agressivité. Le jeu est très amusant, seul ou en compagnie. Il nous permet d’explorer davantage les matchs en ligne grâce au mode Club Strikers et ses défis. Mais maintenant, le jeu semble plus technique avec ses nouveaux mouvements. Avant, vous veniez à Mario Strikers pour frapper et tirer sauvagement au but, pas pour chronométrer vos tirs et vos passes. Maintenant, je ne peux pas sélectionner Toad, un personnage que j’aime beaucoup, car il ne me servira à rien dans un match contre un gros personnage. Qu’est-ce que c’est ? Maintenant, tout doit être calculé, alors je vais à la FIFA.

Nous savons qu’un nouveau contenu est prévu, mais était-il nécessaire de sortir un jeu qui semble incomplet ? Oui, les jeux sont formidables, en solo ou en ligne ; même si l’IA du gardien de but est parfois la plus difficile ou la plus absurde. Mais je pense qu’ils auraient pu au moins offrir plus de modes comme des mini-jeux, un mode histoire, plus de personnages ; quelque chose pour vous donner cette valeur supplémentaire pour ce que vous payez parce que 1 399,00 $ ? Vraiment ?

En fin de compte Mario Strikers : Battle League Ce n’est pas un mauvais jeu, vous vous amuserez pendant un certain temps, mais au bout d’un moment, vous l’oublierez ; du moins jusqu’à ce que vous obteniez du nouveau contenu et que cela en vaille vraiment la peine.