Celim avec le vice-ministre Sereni pour visiter le projet Edu-Care en Afrique

Celim avec le vice-ministre Sereni pour visiter le projet Edu-Care en Afrique

CELIM, ONG basée à Milan actif depuis 1954 avec projets de développement en AfriqueAsie, Amérique latine, aura un excellent conférencier invité le jeudi 7. Marina Sereni, vice-ministre des affaires étrangères, visitera le projet Edu-Care.que l’organisation réalise, ainsi que les partenaire de l’organisation et de l’association Africa Call Pope John XXIII, en Zambie.

L’exposant du gouvernement rencontre, le 5 juillet, avec le président de la République, Sergio Mattarella, des ONG italiennes au Mozambique et le 7 ceux de la Zambie. Il aura alors l’occasion de tester sur le terrain l’action du CELIM et de ses partenaires dans le projet Edu-Care.

« En Zambie : les jeunes handicapés ne jouissent toujours pas des mêmes droits que le reste de la population en raison de facteurs économiques, culturels et sociaux – explique Lara Viganò, coordinatrice du programme CELIM pour l’Afrique -. Selon la politique nationale en matière de handicap, les taux d’alphabétisation et l’accès à l’enseignement primaire sont plus faibles pour les jeunes ayant des troubles de l’apprentissage (67 % et 86,8 %) que pour les autres (81,7 % et 95 %) et il existe une 14,8 % d’écart dans l’accès aux installations récréatives et sportives en faveur des personnes non handicapées. À Lusaka et à Ndola, l’exclusion des enfants handicapés est encore plus grave.. La pauvreté absolue des familles dont ils sont issus et les coûts supplémentaires liés à la prise en charge des enfants handicapés aggravent leur situation en alimentant la cercle vicieux entre handicap et pauvreté. L’accès à l’éducation et aux activités de loisir est entravé par la présence de barrières architecturalesfaible formation des enseignants, matériel pédagogique et équipement sportif inadéquats, forte stigmatisation ».

Le projet s’adresse aux enfants et aux jeunes handicapés dans les districts de Lusaka et de Ndola en favorisant leur inclusion. Un enseignement inclusif et spécial et des activités récréatives sont proposés à 479 garçons et filles, des possibilités d’emploi et un meilleur diagnostic et traitement de l’autisme et de l’épilepsie. Les travailleurs s’emploient à rendre les écoles et les espaces de loisirs plus accessibles, ils assurent également la formation des enseignants et des médecins, et sensibilisent les employeurs et la communauté à la promotion de l’intégration des personnes handicapées.

Qu’est-ce que le CELIM ?

Le CELIM (Centre Laïque Italien pour les Missions) est un organisation non gouvernementale fondée en 1954 par un groupe d’universitaires et de professionnels de Milan dans le but de soutenir l’activité missionnaire diocésaine dans les pays du Sud.. Né comme un mouvement associatif spontané, le CELIM s’est développé et structuré au fil des ans pour devenir une organisation, inscrite sur la liste des organisations de la société civile (OSC) de l’Agence italienne de coopération au développement et reconnue par l’Union européenne pour la mise en œuvre de projets de coopération internationale au développement.

Lire aussi:  Covid, la disparition des pubs en Angleterre et au Pays de Galles : 7000 fermés de plus, jamais aussi peu nombreux

Des années 1950 à aujourd’hui des dizaines de volontaires et de travailleurs humanitaires sont partis avec le CELIM en Afrique, dans les Balkans, au Moyen-Orient et en Amérique du Sud.. Depuis les années 1980, l’organisation a également commencé à travailler en Italie dans le domaine de l’éducation au développement par le biais de réunions publiques et d’interventions dans les écoles pour informer et sensibiliser sur la relation entre le Sud et le Nord.

Aujourd’hui, le CELIM est engagé en Afriqueavec des interventions dans Kenya, Mozambique et Zambie; dans le Balkansoù elle est active dans Albanie, Kosovo et Macédoniensa ; et dans Moyen-Orientoù elle opère au Liban. Lutte contre la faim et le changement climatique, engagement pour un travail décent et la réduction des inégalités, actions pour des villes et des communautés durables : l’action du CELIM suit les lignes directrices des Objectifs de développement durable, en impliquant les populations concernées. C’est le sens de la devise « Impact to Change » : provoquer un changement qui dure dans le temps et qui fait des capacités et des cultures locales les protagonistes.

Toutefois, l’engagement du CELIM ne se limite pas au Sud global. Les grands changements se construisent en unissant les communautés, toutes les communautés, par-delà les frontières entre pays et entre continents. Il est donc essentiel d’intervenir ici, en Italie également, en commençant par l’éducation des nouvelles générations. C’est la raison pour laquelle nous continuons à travailler dans les écoles avec les garçons et les filles.

Le CELIM en Zambie

En 1981, le CELIM est entré dans le pays en collaboration avec les diocèses de Milan et de Monze pour créer la Zambezi Training Farm à Chirundu, dans la province du Sud, qui est toujours active dans la culture de la banane aujourd’hui.

Lire aussi:  Hollande, un gynécologue engendre 41 enfants par la tromperie : voici comment il a trompé les futures mères.

Jusqu’en 2012, également grâce au cofinancement du ministère italien des affaires étrangères, développe des projets dans divers secteurs, également dans la province du SudLe développement rural et l’agriculture durable, la prévention des MST et la lutte contre le SIDA, le micro-crédit, la formation professionnelle et le tourisme responsable avec le démarrage à Livingstone de Olga’s, une pizzeria et une maison d’hôtes, dont les recettes financent l’école professionnelle Youth Community Training Centre.

Depuis 2007, le CELIM entre dans la province occidentale s’engager dans des projets agricoles et environnementaux pour lutte contre la déforestation et le changement climatiquea également commencé à promouvoir l’éducation primaire et la petite enfance dans les écoles communautaires de la province de Lusaka en 2009.

En 2016, le CELIM a commencé à s’engager pour protéger les droits humains des prisonniers, des personnes handicapées et des enfants des rues, avec des activités également dans les provinces du Centre et de Copperbelt. Le CELIM a actuellement deux projets en cours : « Street Children », une initiative visant à aider les enfants des rues et les mineurs détenus, et « Edu-Care », une initiative visant à protéger les droits des enfants handicapés.

Le CELIM au Mozambique

Le CELIM est présent au Mozambique depuis 2003.. Depuis sa création, elle participe à des projets de développement rural et à la croissance des chaînes d’approvisionnement agricoles afin de permettre aux agriculteurs de compléter leurs revenus et d’améliorer leur niveau de vie. En particulier, elle a engagés dans le développement de la pêche artisanale en rivière, de la pisciculture et de l’apiculture. Au fil du temps et à mesure que les effets du changement climatique s’aggravaient, le CELIM a également commencé à s’engager dans des projets environnementaux visant à gérer durablement les ressources et à préparer les communautés aux catastrophes naturelles. Actuellement, Le CELIM a deux projets en cours : « les jeunes résilients ». qui vise à former de nouvelles générations plus instruites en agriculture, capables de diversifier leurs revenus et de protéger les ressources naturelles ; Miel, pêche et nutrition », qui vise à renforcer la sécurité alimentaire. des groupes vulnérables dans les districts de Luabo, Mopeia et Caia par l’éducation nutritionnelle et la promotion de la pêche et de l’apiculture.